Au Japon, le sceau (hanko ou inka) remplace la signature. Ce système de signature prévaut pour les occasions les plus triviales (réception d'un colis, demande d'un abonnement de train...) jusqu'à des transactions plus importantes comme le contrat de vente d'un immeuble, l'enregistrement d'un mariage ou d'un divorce, une déclaration de naissance ou de décés...